Association des Ingénieurs INSA
 

Femmes Ingénieures, tendances, postes occupés, salaires et motivations (France et pays "développés")

L’étude Mutationnelles 09  montre qu’en 2009, sur un total estimé de 681 400 ingénieurs, 118 800 femmes ont le diplôme d’ingénieur en France soit 17,4 %. A l’instar de nombreux pays « développés », le nombre d’ingénieurs a augmenté deux fois moins vite que celui de l’ensemble des ingénieurs diplômés entre 2007 et 2008 traduisant une perte d’attractivité de la filière de la part des jeunes femmes. Ce phénomène ne date pas d’hier et la proportion de femmes formées dans les écoles d’ingénieurs a cessé d’augmenter à partir de 2003.


62% des Femmes ingénieures ont aujourd’hui moins de 35 ans : la proportion de femmes chez les moins de 30 ans est beaucoup plus importante qu’elle ne l’est au niveau global. Les femmes représentent 27% de l’ensemble des ingénieurs de moins de 30 ans.

Concernant les filières de spécialisation, le secteur agro alimentaire, tout comme celui de la chimie restent ceux dans lesquels la proportion de femmes est la plus importante, avec respectivement 43 % et 33 % de l’ensemble des effectifs identifiés dans chaque filière. Il existe une forte cohérence dans les choix de filières de formation faits par les femmes ingénieures dans différents pays développés. Les femmes s’orientent généralement vers des filières dont les points communs sont l’intérêt pour les filières à enjeu sociétal (sciences de la vie, sciences de la nature). Les Femmes ingénieures choisissent plus fréquemment des filières en adéquation avec leurs intérêts pour le développement durable et la R&D, et délaissent de plus en plus les TIC malgré les perspectives de carrières qu’offre le secteur (seulement 13% des ingénieurs qui se spécialisent dans ce secteur sont des femmes). La moitié des Femmes ingénieures travaillent dans le secteur tertiaire, et environ 45% sont employées dans l’industrie.

L’accès au premier emploi est plus rapide pour les femmes que pour l’ensemble des ingénieurs : 96% des femmes ayant suivi une formation d’ingénieur trouvent un emploi rapidement. Seules 4% sont encore en recherche d’emploi au moment de l’enquête, alors que ce pourcentage est de 9,6% pour l’ensemble des ingénieurs.

Concernant les fonctions occupées, expertise technique et animation d’équipe sont les deux premières compétences exercées par les ingénieures. Plus de 50 % des ingénieurs animent une équipe et sont reconnues pour leur expertise. Sur les 32 % de femmes exerçant des responsabilités hiérarchiques : 18% encadrent une petite équipe, 12 % un service ou département et 2 % ont des fonctions de direction générale. Malgré ces pourcentages, l’écart persiste, voire s’accroît, entre femmes et hommes sur le type de responsabilités exercées dans l’entreprise : moins de management, de responsabilités budgétaires, de contribution à la prise de décision stratégique ou de responsabilités internationales pour les femmes, qui sont plus souvent positionnées sur des projets, de l’innovation ou des responsabilités fonctionnelles.

Pas de surprise au niveau géographique : La région parisienne reste la première zone d’emploi avec 44 % des entreprises employant des Femmes ingénieures suivie de Rhône-Alpes avec 12 %
 
Concernant les principales sources de satisfaction au travail des ingénieures, elles diffèrent peu de l’ensemble des ingénieurs. Pour 80% des ingénieurs, les trois premiers motifs de satisfaction sont : le contenu du travail et l’intérêt des missions, l’autonomie dont elles disposent, la diversité des tâches à accomplir.

Salaires toujours salaires...
En 2008, en France, pour les femmes ingénieures, la médiane et la moyenne étaient respectivement de 42 871 € et 48 915 €. Pour les hommes ingénieurs diplômés ayant le statut cadre, le salaire médian  était de 55 000 € et le salaire moyen de 64 550 €.

Le bilan est pour le moins contrasté. Tout compte fait les inquiétudes exprimées par la Commission Européenne sont justifiées. Le risque de pénurie d’ingénieurs est bien réel. Et dans certains secteurs ce n’est déjà plus un risque, mais une réalité. Le nombre de jeunes femmes formés dans certains secteurs et métiers est insuffisant !

Clin d’œil INSA Lyon : on compte 29,8 % de jeunes femmes dans l’effectif étudiant. C’est 20 % de plus qu’ailleurs…La population globale des ingénieurs compte 20% de femmes (à comparer au 17,4 % national).


Cette étude a été réalisée pour le Groupe France Télécom-Orange sur la base des résultats de la 20ème enquête du CNISF (Conseil National des Ingénieurs et des Scientifiques de France), des données Eurostat (Office statistique des Communautés européennes) et de données internes à l’entreprise. l’analyse des réponses apportées par 8 235 femmes ingénieures début 2009 (sur un total de 42000 questionnaires complétés par l’ensemble des ingénieurs).
La médiane, valeur telle que 50 % de la population gagne plus et 50 % gagne moins traduit bien plus précisément la distribution des salaires.